46 milliards d’euros de perte de Chiffre d’Affaires en France en 2019, tel est le montant estimé des failles en sûreté économique de toutes nos entreprises, grands Groupes comme PME.

Dans le contexte actuel et dans une orientation de guerre économique majeure ouverte avec les entreprises étrangères, la composante sûreté économique et sa maîtrise deviennent un enjeu primordial pour les entreprises françaises de toutes tailles.

Face aux multiples menaces dont peuvent faire l’objet nos entreprises, il convient avant tout de rappeler ce qu’est la sûreté économique. Aussi, la fonction sûreté économique peut être définie comme la capacité à assurer la protection des personnes et des actifs matériels et immatériels d’une organisation par la connaissance et la mise en place de contre-mesures face aux 3 piliers d’acquisition des informations sensibles d’une entreprise (technique, cyber, opérationnels, et humains). La sûreté économique vise à prévenir les dommages malveillants mais parfois, également, non intentionnels, ou tout du moins considérés comme tels. Son domaine d’application est assez vaste. Outre la protection des installations contre les intrusions physiques (sécurité périmétrique), 1er rempart d’une entreprise, la sûreté économique s’intéresse plus particulièrement à la valorisation et la sécurisation des informations, qui, finalement, sont bien le premier actif d’une structure économique. Cette sécurisation de l’information nécessite de connaître les différents modes d’acquisitions d’information afin de s’en prémunir.

De nombreux exemples jalonnent aujourd’hui le tissu industriel français à tel point que la perte de CA des entreprises françaises par le biais de ces 3 piliers a été estimée à 46 milliards d’euros en 2019. Mais ces 46 milliards ne représentent que la partie visible des différentes attaques étrangères.

Nous sommes en mesure de répondre aux sollicitations des entreprises, qui après avoir découvert il y a quelques années la menace de cyber sécurité, tendent aujourd’hui à vouloir se prémunir d’actions de plus en plus ciblées sur leurs biens matériels (pilier opérationnel) et leurs collaborateurs (pilier humain), comme en témoignent les sollicitations diverses et variées.

Consultez nos publications ici

Contactez-nous !